Rechercher
Add to Netvibes      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Tourisme de mémoire en Champagne-Ardenne

Partagez cet article  ›› 
mardi 11 septembre 2012, par laura
imprimer article 

Se souvenir pour comprendre ce qui s’est passé. Pour savoir d’où on vient. Pour rendre hommage aux générations précédentes et être digne de leur héritage. « Si l’écho de leurs voix faiblit, nous périrons » écrivait Paul Eluard à propos des survivants des camps de concentration. Le tourisme de mémoire participe à la construction de l’identité d’un territoire. Et dans la Marne et les Ardennes, nombreux sont les sites qui permettent d’alimenter ce "devoir de mémoire".

Le visiteur qui parcourt les territoires marnais et ardennais ne peut être que frappé par le nombre de cimetières militaires, de monuments aux morts, de musées commémoratifs des guerres, et de stèles et nécropoles qui jalonnent le paysage. Il faut dire que la région Champagne-Ardenne a payé un lourd tribut aux nombreuses guerres de l’histoire de France récente. Une guerre en a entraîné une autre, chacune portant en germe la suivante... Avec la guerre de 1870, Français et Allemands furent élevés dans la haine les uns des autres. En 1914 les soldats sont partis « la fleur au fusil » dans ce contexte très nationaliste. Les conditions de l’armistice, particulièrement humiliantes pour le camp allemand, débouchèrent sur la Seconde Guerre mondiale...

La Marne fut l’un des départements les plus meurtris par la Première Guerre mondiale, tant à l’ouest en raison de la guerre de mouvement des deux batailles de la Marne, qu’au nord par la guerre des tranchées et les combats des offensives d’Argonne et de Champagne. Les Ardennes, lieu de passage de l’armée nazie, ont fait l’objet d’âpres combats de mai 1940 jusqu’à l’été 1944. Ces batailles, l’Occupation et la Résistance ont profondément marqué la région. Aujourd’hui de très nombreux sites commémoratifs et de compréhension s’offrent aux touristes. Leur objectif ? Témoigner de ce qui s’est passé, expliquer les conflits, faire ressentir au grand public le quotidien des habitants et des soldats et rendre hommage aux combattants. Essentiel à l’heure de la disparition progressive des témoins directs de ces guerres.

Visite guidée à Reims

Notre périple débute à Reims. Logique quand on sait que la ville fut détruite à 80% par les bombardements allemands au cours de la Première Guerre mondiale. Sur les 14 000 maisons que comptait la ville en 1914, seules soixante restaient habitables quatre ans plus tard et sept étaient encore intactes !

325 cabinets d’architectes redessinèrent une nouvelle ville entre 1920 et 1930, avec la diversité des courants architecturaux de l’époque, marqués surtout par le style Art déco (la Bibliothèque Carnegie, l’Eglise Saint-Nicaise, le Grand Théâtre, la Villa Douce, le cours Langlet). Ce nouveau visage a longtemps déplu aux Rémois mais les années 80 reconnurent enfin la valeur de cette architecture d’exception et les maisons de la Reconstruction furent classées monuments historiques.

Un circuit audioguidé « 1920-1930, la Reconstruction et l’Art déco à Reims » qui présente les éléments les plus significatifs de cette reconstruction éclectique est à retirer à l’Office de Tourisme qui propose également un Pass Mémoire. Cette formule comprend cette visite audio-guidée et l’accès à quatre des principaux lieux de visite liés aux Première et Deuxième Guerres mondiales, à Reims et aux environs (le Musée du Fort de la Pompelle, le Centre d’interprétation de Suippes Marne 14-18, le Musée de la Reddition et Musée Saint-Remi). Ce Pass est complété par une liste des sites de mémoire des environs et donne également accès aux principaux musées de la ville.

Office de tourisme de Reims. 2, rue Guillaume de Machault. 51100 Reims. Tél 0 892 701 351 (0,34€/mn). www.reims-tourisme.com. Tarif du Pass Mémoire valable 1 mois : 16€ pour une personne.

Fort de la Pompelle

Aux portes de Reims, prenons la direction de Châlons-en-Champagne pour un arrêt au Fort de la Pompelle, le plus important musée champardennais consacré à la Grande Guerre. Ouvrage conçu après la guerre de 1870 pour compléter la ceinture fortifiée de Reims, il fut le lieu de combats acharnés entre 1914 et 1918 alors qu’il avait été désarmé en 1913. Aujourd’hui il abrite un musée modeste, propriété de la ville de Reims, qui possède entre autres un riche patrimoine d’artillerie, une belle collection de sabres, des uniformes des armées française, allemande et alliées, et notamment ceux du corps expéditionnaire russe. Mais le véritable attrait de la visite c’est la collection de 560 casques de l’armée impériale allemande (la collection Friese), unique au monde par son importance et sa diversité.

RD 944.
51100 Reims. Tél 03 26 49 11 85 et 03 26 35 36 90. Ouverture du 1er avril au 31 octobre en semaine de 11 à 18h, les week-ends et les jours fériés de 11 à 19h. Du 1er novembre au 31 mars de 10 à 17h. Fermé le mardi et du 24/12 au 06/01. Tarifs : 4€ + 4€ pour une visite commentée, 3€ pour les 18/25 ans et les plus de 65 ans.

Centre d’interprétation Marne 14-18

A Suippes, depuis 2006, c’est la modernité qui permet de mieux comprendre la période 14-18, présentée de manière vivante et humaniste avec moult documents, films, photographies et objets.
A l’accueil, on enregistre son empreinte digitale et on endosse le rôle d’un personnage de la Grande Guerre, grâce à des bornes interactives. Tout au long de la visite, on suivra son quotidien. Puis la guerre est introduite par un court-métrage qui traite du conflit à partir de la correspondance de la famille Papillon : trois frères ayant combattu au front, en partie dans la région de Suippes, et leur soeur à l’arrière.

Clou du spectacle : la reconstitution d’un assaut dans une tranchée avec des écrans, des images projetées au plafond et des animations sonores. Du ciel bleu et des chants enthousiastes, on passe au brouillard et aux cris et explosions, entrecoupés de scènes de vie quotidienne, pour atteindre l’apocalypse couleur rouge sang et incendie. Puis arrive le silence (mort ou répit ?), les lumières s’éteignent presque et on entend un extrait de « Fête », poème de Guillaume Apollinaire sur les bombardements... On reste sans voix, submergé par l’émotion.

Ce centre d’interprétation à la scénographie très réussie replace les évènements dans leur contexte en insistant sur l’Europe d’avant-guerre, puis sur la réalité de la guerre vécue par les Poilus, les figures plus célèbres, mais aussi les civils anonymes, et enfin il dresse un bilan de ces terribles années de d’un mode en mutation.

4 ruelle Bayard. BP 31. 51601 Suippes cedex. Tél 03 26 68 24 09. Ouverture du mardi au dimanche, de septembre à fin novembre de 13 à 18h, de février à juin de 13 à 18h, et en juillet et août de 10 à 19h. Fermé en décembre et janvier. www.marne14-18.fr. Tarifs : 6,50€, 3€ pour les 6/18 ans et 16€ pour une famille.

Musée de la Bataille de mai-juin 1940

Coup de chapeau à un homme passionné qui consacre l’essentiel de son temps et de son argent à faire fonctionner le musée privé qu’il a installé en 1991 au premier étage de la propriété familiale de Waroux (un moulin à eau du XVIIIe siècle). Sur le site même des combats qui eurent lieu ici entre le 27 mai et le 11 juin 1940. Christian Dupont-Fromageot a amassé depuis son adolescence un véritable trésor de guerre : uniformes, casques, armement, véhicules et objets de la vie quotidienne des soldats français et allemands de 1940, mais aussi de la Première Guerre mondiale. Plus de 30 ans de collection privée, sans aucune aide. Mais avec beaucoup de passion et de belles rencontres comme celle de ce touriste allemand qui, pendant sa visite, se reconnaît avec émotion sur une photo punaisée dans ce musée : elle a été prise le long du canal des Ardennes en juin 40 alors qu’il était jeune soldat. Après le conflit, revenu en Allemagne, il enverra au collectionneur fou des témoignages personnels aujourd’hui accrochés au mur à gauche en rentrant.

Moulin de Waroux. 08130 Semuy.Tél 03 24 71 23 16 et 03 24 71 41 09. Ouverture de mai à septembre, tous les jours de 10 à 19h. http://museedesemuy.e-monsite.com. Tarifs : 4€, 2€ pour les enfants, gratuit pour les moins de 12 ans.

Circuit historique de la bataille de Stonne


Prenons maintenant l’air en parcourant librement le circuit de la bataille de Stonne. Rendez-vous d’abord au mémorial situé en plein centre de ce village entièrement détruit en 1940. Là un char lourd B1 bis, le seul exposé en public, affiche fièrement l’épaisseur de sa cuirasse. Et une table d’orientation résume ce qui s’est passé entre le 15 mai et le 11 juin 1940 dans ce haut lieu de la résistance de l’Armée française face à la Wehrmacht. De là part un circuit historique de 50 kilomètres bien balisé et agrémenté de 15 totems explicatifs bien faits et faciles à trouver.

08390 Stonne. www.ardennes1940aceuxquiontresiste.org. Accès libre. Guide de visite disponible gratuitement.

Fort de Villy-la-Ferté

Notre coup de coeur ! Pourtant, de l’extérieur, le fort de Villy-la-Ferté ne paie pas de mine, d’ailleurs il se voit à peine et l’entrée n’est pas facile à trouver ! Mais il faut absolument persévérer car c’est un voyage exceptionnel qui nous attend.

Voyage d’abord au coeur de l’administration militaire française qui imagine, au début des années 20, une ligne de fortifications et de défense le long de ses frontières, inviolable bien entendu. Mais des erreurs de conception et des restrictions budgétaires en décideront autrement...

Voyage dans les profondeurs de cet ouvrage situé à l’extrémité ouest de cette fameuse ligne Maginot, tristement célèbre pour être le seul à être tombé après un assaut.

Voyage enfin vers la destinée tragique de ses 107 défenseurs, pris aux pièges par les Allemands, mais interdits d’évacuation par les autorités françaises. Ils moururent asphyxiés lors de la nuit du 18 au 19 mai 1940.

On découvre avec un vrai intérêt l’intérieur avec, entre autres, une chambre de tir d’infanterie intacte, une cuisine, une salle de pansements, des chambres de repos, une centrale électrique et une salle de télécommunication. Puis il faut prendre le chemin de la galerie de 270 mètres de long qui relie les deux casemates. Et imaginer le calvaire... Facile quand on voit les impacts d’obus, les murs noircis, les traces d’explosions et toutes les destructions... Et bouleversant.

08370 Villy-la-Ferté. Tél 03 24 22 61 49 et 03 24 22 65 38. Ouvert les dimanches et jours fériés des Rameaux à la Toussaint et tous les jours en juillet et août. www.ouvragelaferte.fr. Tarifs des visites guidées de 14 à 18h : 4€ et 2€ pour les enfants de moins de 14 ans.

Musée de la Reddition allemande du 7 mai 1945

Nous terminons notre périple là où nous l’avions commencé : à Reims. Avec une surprise. Nous avons tous le souvenir d’avoir appris que la capitulation allemande de 1945 fut signée le 8 mai. Erreur ! C’était le 7 mai, à 2h41 du matin exactement comme en témoignent les exceptionnelles images d’archives de ce musée de la Reddition installé dans un collège de briques rouges où le général Eisenhower avait aménagé le quartier général des forces expéditionnaires alliées le 20 février 1945.

La « War Room » (salle des opérations), où fut actée en quatre langues la Reddition sans condition des armées du IIIème Reich mettant fin à la Seconde Guerre mondiale en Europe, est restée en l’état. Son imposante table en bois qui servait avant la guerre aux réunions des professeurs, ses cartes militaires encore accrochées aux murs avec le tableau des opérations aériennes de la journée et la position exacte des armées sur tous les fronts et les 13 chaises occupées par les acteurs allemands, américains, anglais, russes et français de l’époque donnent une atmosphère particulière, comme si le temps s’était arrêté. Cette salle est d’ailleurs classée Monument historique.

Pour la petite histoire, sachez qu’Einsenhower daigna se déplacer pour la signature de cet acte purement militaire ne comportant que deux pages, sans rubans ni sceaux de cire, élaboré un peu à la en hâte. Motif ? L’absence d’un officier général allemand d’un rang égal au sien... Mais il y enregistrera deux heures après le discours radiodiffusé annonçant la victoire. « Je pense », déclara-t-il, « qu’il est particulièrement symbolique que la reddition ait été signée au cœur de la France, ce pays qui a tant souffert, ce pays où nous avons débarqué en juin dernier et dont les forces armées et les mouvements de résistance nous ont tant aidés. » Le Général de Gaulle n’avait pas été prévenu. Staline non plus. Au contraire de 17 photographes et cameramen américains !

La nouvelle sera ensuite simultanément annoncée dans les capitales alliées le lendemain, le 8 mai donc, juste avant que l’acte de Reddition ne soit de nouveau ratifié lors d’une cérémonie officielle à Berlin peu avant minuit.


12 rue Franklin Roosevelt. 51100 Reims. Tél 03 26 47 84 19 et 03 26 35 36 90. Ouvert de 10 à 12h et de 14 à 18h. Fermé le mardi et les 1/01, 1/05, 14/07, 1 et 11/11, 24, 25 et 31/12. www.reims-tourisme.com. Tarifs : 3€, gratuit pour les enfants et le 1er dimanche du mois.

A visiter aussi dans la région

- Mémorial Charles-de-Gaulle à Colombey-les-Deux-Eglises


Le mémorial retrace au travers de la personne de Charles de Gaulle les grands événements historiques du XXe siècle. Et jusqu’à la fin de l’année il propose une nouvelle exposition temporaire intitulée « un symbole pour l’histoire, 40e anniversaire de la Croix de Lorraine » qui retrace l’histoire de la Croix de Lorraine, d’hier à aujourd’hui. Le 18 juin 1972, Georges Pompidou inaugurait la Croix de Lorraine installée sur la colline du village de Colombey-les-Deux-Eglises. 40 ans plus tard, le Mémorial Charles de Gaulle commémore cette date anniversaire et rend hommage au symbole de la résistance grâce à une exposition temporaire richement documentée.

Cette exposition originale s’appuie en grande partie sur les collections de la Fondation Charles-de-Gaulle mais aussi sur toutes les archives propres du Mémorial et n’aurait pu voir le jour sans le précieux concours de partenaires prestigieux tels le Musée de l’Ordre de la Libération, les Archives nationales et les partenaires financiers que sont le Ministère de la Défense, la Région Champagne-Ardenne, la Chambre de Commerce et d’Industrie territoriale de la Haute-Marne et les Archives départementales de la Haute-Marne.

A lire notre reportage sur le mémorial réalisé l’été dernier

- Mémorial des batailles de la Marne à Dormans

Construit de 1921 à 1931, il commémore les victoires de la Marne de septembre 1914 et de juillet 1918 sur un lieu qui surplombe la vallée de la Marne et la ville de Dormans, comme "un point synthétique des deux batailles de la Marne" comme le voulait le Maréchal Foch.

- Monument national de la Victoire de la Marne à Mondement-Montgivroux

Imposant monument national de la victoire de la Marne, souvenir de la première bataille.


- Le mémorial national des Spahis et le musée des Spahis de La Horgne

Le mémorial met à l’honneur le courage, la témérité et le sacrifice des Spahis morts sur tous les théâtres d’opération depuis 1830 et le musée présente l’histoire et l’importance des Spahis dans l’histoire militaire française, ces cavaliers venus d’Afrique du Nord.

- Nécropole russe à Saint-Hilaire-le-Grand

Cette chapelle russe, édifiée en 1937 à proximité du cimetière militaire
où reposent 871 soldats russes tombés sur cette partie du front de Champagne durant la Grande guerre, perpétue la mémoire des 6 100 soldats russes tombés en France.

- Musée de mai-juin 1940 à Margut

Ce musée rend hommage aux héros qui ont résisté à l’avancée allemande en mai 1940.

- Musée Saint-Remi à Reims

Le Musée, situé dans l’ancienne abbaye royale, propose l’une des plus importantes collections d’histoire militaire de la France.

- Musée des Deux Grandes Guerres Mondiales à Chagny

Ce nouveau musée ouvert sur rendez-vous présente une collection privée d’armes, d’uniformes et d’équipements et retrace plus particulièrement la vie des combattants dans les Ardennes.

Crédit Photos : Comité Départemental du Tourisme des Ardennes, Comité Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne, Fort de Villy-la-Ferté, Marne 14-18 et Ville de Reims et John Foley (Champs de la Mémoire).

Renseignements sur www.tourisme-champagne-ardenne.com, www.tourisme-en-champagne.com, www.ardennes.com et sur www.cheminsdememoire.gouv.fr

mardi 11 septembre 2012, par laura
imprimer article  Autres articles de laura | Mots-clés |

Sur le thème : Week-end

Pyrénées Orientales : balade culture et nature sur la côte Vermeille le 17 mai 2018:
Hâte de sentir la chaleur du soleil tout en humant l’air iodé de la mer ? Rendez-vous dès les premiers jours du printemps le long des côtes françaises les plus méridionales, à la frontière avec (...)

Nos bons plans du moment le 3 avril 2017:
Pour vos week end prolongés L’année 2017 est propice aux week end prolongés avec de nombreux lundi/vendredi fériés. Pour profiter pleinement de ces week end prolongés du mois de mai, Adagio® lance (...)

L’esprit de Noël brille à Laval ! le 14 décembre 2016:
A environ 1h30 de Paris, la capitale de la Mayenne a mis en place un programme de fêtes qui fait scintiller l’esprit de Noël, des illuminations sur la rivière à la découverte du pays des Lutins sans (...)

Les Français passent leurs meilleurs week-ends à 2h de la maison le 9 décembre 2015:
La dernière étude menée par Budget Location de Voitures révèle qu’il n’est pas nécessaire de parcourir de longues distances pour passer un bon weekend. Les Français révèlent que leurs meilleurs week-ends (...)

Les Français partiront 2 fois plus pour fêter la Nouvelle Année le 7 décembre 2015:
Les Français ont d’ores et déjà lancé les festivités de fin d’année en prévoyant de s’évader en court-séjour. En effet, Weekendesk, le leader de la réservation en ligne de week-ends, affichait déjà fin (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 190

Réagir à cet article

forum

Pour commenter cet article, merci de vous enregistrer. Indiquez ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.voyage.youvox.fr est motorisé par spip 3.2.1 [23954]. créations de sites internet Rizom