Rechercher
Add to Netvibes      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Gros plan sur la Citadelle de Besançon

Partagez cet article  ›› 
samedi 1er mars 2014, par laura
imprimer article 

Colline Saint-Etienne, l’une des sept collines de Besançon. 100m en dessous, la vieille ville. Et en contrebas, à l’est et à l’ouest, la boucle du Doubs. Jules César avait déjà remarqué cette excellente position stratégique, Vauban la sublimera. Il dessine les plans de sa Citadelle en 1668 mais la même année la Franche-Comté est restituée aux Espagnols. Ce sont donc eux qui posent la première pierre. Mais quand la province revient sous le giron de Louis XIV en 1674, le roi demande à Vauban de poursuivre sa construction pour en faire l’un des maillons essentiels du système de défense de l’Est. Il y érigera une ligne de murailles impressionnante : ses remparts longs de 600m, hauts de 15 à 20m et larges de 5 à 6m épousent le rocher calcaire. C’est surtout un bijou d’architecture militaire marqué par ses 3 fronts, son glacis, ses tours bastionnées, ses demi-lunes, ses courtines, ses guérites, ses tours de guet et ses parapets en brique.

L’espace Vauban

C’est Sébastien Le Prestre de Vauban qui a établi le premier système global et rationnel des frontières françaises, maritimes et terrestres. Cet ingénieur militaire a construit ou rénové plus de 160 places fortes en 50 années de travail au service du royaume. 12 de ses sites sont d’ailleurs inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco depuis juillet 2008 dans le cadre du réseau des fortifications de Vauban. Dans la Citadelle de Besançon, une statue, inaugurée en 2007 pour son tricentenaire, lui rend hommage : sur son socle, chacune de ses fortifications est marquée d’un clou sur une carte de France. Et un espace (beaucoup trop petit !) détaille le parcours de ce bâtisseur et urbaniste resté fidèle au roi pendant 54 ans, mais qui était aussi un penseur et un essayiste.

Devenue obsolète à la fin du XIXe siècle à cause des progrès de l’artillerie, la Citadelle servira successivement de camp d’entraînement militaire, de stock de munitions, de prison, de camp de prisonniers puis de dépôt de matériel pour l’armée qui s’en sépare à la fin des années cinquante. Achetée par la ville de Besançon en 1958, elle s’ouvre au public dès l’année suivante. Aujourd’hui, avec presque 300 000 visiteurs par an, c’est le premier site touristique de Franche-Comté, malgré un accès peu facilité par une importante pente.

Depuis l’entrée de la Citadelle au patrimoine de l’Unesco, les trois musées labellisés Musées de France défendent encore plus les valeurs de l’Unesco : la préservation de la paix, la transmission de l’histoire aux jeunes générations, la sauvegarde du patrimoine naturel, la conservation des espèces menacées et le dialogue des cultures. Une vraie réussite qui réunit tous les publics, de plus accessible à un tarif unique bon marché de 9,40€.

Le musée de la Résistance et de la Déportation

"Ne pas témoigner serait trahir. Ceux qui ne se souviennent pas de leur passé sont condamnés à le revivre" : les deux phrases mises en exergue dès l’entrée résument tout. C’est la visite la plus émouvante du site, même si le musée, créé en 1971 à l’initiative de l’ancienne déportée Denise Lorach, commence à vieillir (d’ailleurs un nouveau musée est en projet et devrait voir le jour en 2018). 12 000 pièces de collection (photos, documents, objets, témoignages) traitent de tous les thèmes liés à la Seconde Guerre Mondiale dans l’ordre chronologique : le nazisme, l’occupation, la résistance, la déportation et la libération. C’est clair, didactique, poignant et vraiment intéressant. A noter aussi une exposition d’oeuvres d’art concentrationnaires et un important centre d’archives et de documentation.

Le muséum

C’est la surprise : les murailles de la Citadelle abritent également depuis 1959 un Muséum très original par son positionnement et particulièrement fourni. C’est bien entendu une formidable occasion de voir dans un même espace 550 mammifères et oiseaux du Jardin zoologique, des poissons, crustacés et tortues à l’Aquarium, des dizaines de milliers d’insectes et d’amphibiens à l’Insectarium (le plus grand de France), mais aussi des rongeurs nocturnes dans le Noctarium (unique en Europe). Mais encore des collections naturalisées pour découvrir la chaîne des vertébrés au Parcours de l’évolution.

En parallèle le Muséum n’oublie pas sa mission : défendre la biodiversité et préserver les espèces animales rares et en voie de disparition (le lion d’Asie, le tigre de Sibérie, les kangourous roux, les wallabies d’Australie, les écrevisses pied rouge ou encore les aprons du Rhône par exemple). Résultat ? On est complètement sous le charme de la diversité offerte qui plaît à tous les publics, on adore la présentation souvent très réussie et on y passerait la journée entière tant il y a à voir !

Le musée Comtois

Là c’est le patrimoine identitaire local qui est mis en avant depuis 1960 grâce à son fondateur passionné d’éthnologie régionale, l’abbé Jean Garneret et à sa très importante collection de photos (plus de 65 000 !). On y présente la vie des habitants sur ces deux derniers siècles autour de quatre thèmes : se nourrir, travailler, se divertir et croire. Ca sent bon le terroir (la Franche-Comté est une terre de fer, de sel, de bois, de lait) qui a su s’adapter à son environnement, à un climat parfois difficile, et aux influences extérieures. Bel effort de modernisation au 2e étage avec utilisation de la vidéo et d’écrans tactiles.

La nouveauté 2014

A partir du mois de mai, la Citadelle de Besançon lancera un spectacle multimédia immersif gratuit pour transporter les visiteurs dans le temps et dans l’espace à la découverte des moments forts de l’histoire de Besançon et de la Citadelle. Durant 15 minutes chaque partie de la chapelle Saint-Etienne (murs, voûte, choeur…) deviendra une immense surface de projection où s’entremêleront diverses techniques de traitement de l’image comme les reconstitutions 3D, les animations d’archives et les tournages.

Infos pratiques

- Ouvert toute l’année (sauf le 25 décembre et début janvier) tous les jours de 9 à 19h en juillet et août, de 9 à 18h d’avril à juillet et de septembre à octobre et de 10 à 17h l’hiver.

- Les musées sont fermés les mardis de la Toussaint à Pâques (sauf pendant les vacances scolaires).

- Tarifs : entrée plein tarif : 9,40€ pour les adultes, 6,20€ pour les 4-17 ans et gratuit pour les moins de 4 ans.

- Activités payantes : promenade animée par un comédien, visite guidée par un conférencier, visite de la galerie souterraine, balades et spectacles nocturnes l’été.

La Citadelle de Besançon
Tel : 03 81 87 83 33
www.citadelle.com

Renseignements aussi sur www.besancon-tourisme.com et sur www.franche-comte.org

A lire aussi notre reportage sur Besançon


Où dormir ?


Impossible de dormir au sein de la Citadelle. Mais en revanche nous avons trouvé une belle adresse au pied de ses contreforts, en haut donc du coeur historique de Besançon. Depuis la Citadelle, l’hôtel Le Sauvage est accessible par la route bien entendu, mais aussi par un chemin piétonnier fait d’une multitude de marches. L’établissement 3 étoiles est situé dans l’ancien monastère des Clarisses, avec une magnifique vue sur la ville et la vallée du Doubs. Il offre 24 chambres, une terrasse exposée au soleil couchant, un grand parc ombragé et un parking fermé. On aime les volumes, les voûtes, les oculus et l’enfilade de salons. Mais on regrette de ne pas pouvoir y dîner le soir.

Hôtel Le Sauvage
64, rue du chapitre
Tel : 03 81 82 00 21

www.hotel-lesauvage.com

Crédits photos : Citadelle de Besançon, Emmanuel Eme, Denis-Maraux et Carol Lixon

samedi 1er mars 2014, par laura
imprimer article  Autres articles de laura | Mots-clés |

Sur le thème : Patrimoine

Ouverture des jardins à la française au château de Chambord le 10 avril 2017:
En 2017, Chambord est transformé de façon spectaculaire : le château retrouve ses jardins à la française. Imaginés sous Louis XIV, avec un dessin réalisé en 1734, ces jardins ont existé pendant plus de (...)

Un nouveau musée Baccarat le 8 juin 2016:
Le Massif des Vosges abonde de savoir-faire d’excellence et de belles maisons, garantes de cet artisanat d’art. L’une des plus célèbres, Baccarat, a souhaité offrir un bel écrin à son histoire et ses (...)

Célébration mondiale du cépage Le Chardonnay le 23 mai 2016:
Né en Californie il y a 7 ans, repris en Australie et Nouvelle-Zélande, l’événement est une célébration mondiale du cépage roi du Mâconnais : le Chardonnay. C’est donc de plein droit que le village de (...)

Dordogne : un labyrinthe de miroirs sur le thème de la Préhistoire le 4 avril 2016:
L’Aquarium du Périgord Noir, en Dordogne, a ouvert le 1er avril une nouvelle attraction, le Labyrinthe préhistorique, en lien avec le riche patrimoine culturel de la vallé de la Vézère où il est (...)

Fêtes de la coquille Saint-Jacques dans le Bessin le 13 novembre 2015:
En Basse-Normandie, région maritime par excellence, la coquille représente la première espèce débarquée. Les côtes normandes sont propices au développement du célèbre mollusque (la température de l’eau, (...)

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 265

Réagir à cet article

forum

Pour commenter cet article, merci de vous enregistrer. Indiquez ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

[Connexion] [s'inscrire] [mot de passe oublié ?]

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.voyage.youvox.fr est motorisé par spip 3.0.17 [21515]. créations de sites internet Rizom