Rechercher
Add to Netvibes      
logo rss
logo youvox
devenez rédacteurs
A la une
A la une

Tourisme en France : bilan de l’été et perspectives

Hervé NOVELLI, secrétaire d’État chargé du Commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services, a présenté hier le bilan de l’activité touristique de la saison d’été 2008 (mois de juillet, août et septembre) ainsi que les perspectives pour l’automne.

LE BILAN :

L’activité sur l’ensemble de l’été 2008 est stable par rapport à la saison 2007, avec une augmentation de 0,2 % au mois de juillet, 0,4% en août et une baisse de 0,8% en septembre. Au total, la saison d’été 2008 est stable par rapport à l’année dernière qui était une bonne année.
L’activité touristique française semble, à ce stade, relativement épargnée par la crise économique. Les premières estimations de fréquentation pour les vacances de la Toussaint et les premiers indicateurs recueillis auprès des grandes stations françaises de montagne indiquent une bonne conjoncture pour l’hiver prochain.

.

La majorité des professionnels du tourisme déclarent que leur niveau d’activité est stable ou en progression par rapport à septembre 2007, excepté pour les restaurateurs qui à 53% déclarent un niveau d’activité en baisse. La situation reste toutefois difficile pour les hôteliers : 43% déclarent leur activité en baisse.

Perspectives pour octobre

Pour le mois d’octobre, les perspectives sont bonnes pour les loueurs de résidences collectives et de logements individuels (respectivement 68% et 76% d’entre eux prévoient un taux d’activité stable ou en hausse par rapport à octobre 2007).
De leur côté, 61% des hôteliers et des gérants de camping anticipent une stabilité ou une hausse de leur activité au mois d’octobre par rapport à octobre 2007.
Enfin, 56% des restaurateurs estiment que leur activité sera stable ou en hausse en octobre, contre 48% seulement en septembre.

Les conséquences inégales de la crise économique sur l’activité touristique en fonction des secteurs

La demande issue du tourisme international

Selon les informations collectées par Maison de la France, diverses tendances semblent caractériser l’évolution des marchés :

certains marchés ne semblent quasiment pas touchés par la crise, à court terme, notamment pour ce qui est des voyages vers la France, soit du fait de leur proximité (Belgique, Italie, Pays-Bas, Suisse), soit parce que les réservations hiver ont déjà été effectuées (Russie, Brésil), soit parce que la prise de conscience des effets de la crise n’est pas encore perceptible (Scandinavie) ;
les départs vers les longs courriers au départ de l’Europe risquent d’être les plus touchés, la proximité pouvant être perçue comme un atout pour la France ;
toutefois sur la plupart des marchés, la crise financière a un effet direct sur les départs, notamment à l’étranger. Le secteur le plus directement touché est celui des voyages d’affaires et l’industrie des rencontres professionnelles, les entreprises réduisant fortement les déplacements de leur personnel, par anticipation des difficultés à venir ;
on peut également s’attendre pour 2009 à une réduction du nombre de séjours effectués dans l’année (diminution annoncée du nombre de courts séjours) et à des baisses de dépenses ;
Les anticipations inégales de la crise selon les différentes branches d’activités françaises

Dans l’immédiat, les vacances de la Toussaint se présentent bien ; beaucoup de voyages ont été réservés avant le déclenchement de la crise financière et très peu ont été annulés ensuite.

L’incidence de la crise sera différente suivant les secteurs

Les parcs de loisirs semblent loin de la morosité ambiante. Disneyland Paris, Astérix et les autres grands parcs de loisirs ont connu une très bonne année. Après plusieurs années de difficultés, les grands parcs français semblent avoir trouvé la recette du succès : multiplication des nouveautés, extension des heures et des jours d’ouverture, politique tarifaire modulable, diversification des ressources, forfaits à prix cassés pour les visiteurs réguliers pendant les périodes creuses.

Selon France montagne, la crise n’a pas d’impact sur les réservations et sur l’économie des sports d’hiver. A ce jour, à partir d’informations recueillies auprès des 15 plus grandes stations de sports françaises essentiellement localisées dans les Alpes, les indicateurs montrent clairement que l’état général de la montagne est stable, voire en légère progression.

Enfin, le tourisme d’affaires n’est pas encore fortement touché par le contexte économique, mais les grandes entreprises revoient leur politique voyage à la baisse et les PME privilégient les voyages en train ou à bas prix (dits « low-cost »).

Pour l’hébergement, certains grands groupes peuvent être pessimistes, mais selon le Syndicat National des Résidences de Tourisme, la conjoncture de l’hiver 2008-2009 se présente bien. En montagne, destination principale pour l’hiver, les réservations se situent à un niveau équivalent à celui des années précédentes.

* enquête Insee - Direction du tourisme,
** baromètre ODIT France – TNS Sofres

youvox
Add to Netvibes Subscribe in NewsGator Online
   

http://www.voyage.youvox.fr est motorisé par spip 3.2.1 [23954]. créations de sites internet Rizom